L’Archive (Louis HINCKER)

Séminaire Archive 19 – séance du 10 septembre 2011 : vous lirez ici un compte-rendu par Carole Furmanek de l’intervention de Louis HINCKER sur L’ARCHIVE.

Le singulier jette le trouble : cet usage du mot ”archive” n’est pas reconnu d’emblée par les professionnels des archives. Il existerait une conception de l’archive – au singulier – qui accompagne toutes les utilisations de l’archive.

Louis Hincker déploiera ici un panorama des questions relatives à ce point selon quatre axes :

– le fondement politique de la notion

– la définition juridique et ses limites (ce que l’archivistique appelle “archives”)

-la fonction mémorielle

– le fétichisme

1. Le fondement politique

Dans Mal d’archive, Derrida commence justement par ce point. Il y a une efficacité à rappeler l’étymologie du mot : ”Arkéia” vient du verbe “arkein”, qui signifie “commander” et “commencer”. Il dénote le pouvoir de légitimation et le point de départ ; il a tout à voir avec l’autorité (“arkè”).

Renommée, autorité et lieu du propriétaire des archives sont autant de pôles d’autorité qui se renforcent les uns les autres.

Le statut de l’archive a des conséquences sur le statut de l’historien, qui a lui-même une influence sur l’interprétation. L’archive en appelle en effet à la propriété, à l’autorité mais aussi à la compétence puisque la fonction d’extériorité organisatrice est réservée à quelques uns.

2. La définition juridique et ses limites

Il existe une définition juridique du mot, qui accompagne le fondement normatif de la notion. Mais la définition juridique ne naît que le 3 janvier 1979 en France. De plus, l’archiviste est exclu de cette définition juridique alors même que c’est lui qui joue le rôle d’extériorité organisatrice.  La loi passe ainsi sous silence l’intervention de l’archiviste, la part du producteur dans la sélection, la part de l’historien dans l’interprétation.

3. La fonction mémorielle de l’archive

Le mot est traversé par une tension entre la mémoire et l’Histoire, le monument et le document. C’est justement cette tension qui fait basculer le débat vers “l’archive” – au singulier.

Un fonds d’archives se fonde sur le principe du respect de la provenance (il se compose de documents liés à la même provenance et donc liés entre eux par sédimentation). Ce principe, théorisé en 1841 par de Wailly, remplace le principe du classement thématique pratiqué à partir de l’époque révolutionnaire.

Une théorie des cycles de vie s’applique aux archives : le décret du 3 septembre 1979 vient compléter la loi de janvier et définit un âge administratif (directement lié à l’usage), un âge intermédiaire et un âge historique.

4. Le fétichisme de l’archive

L’historien est celui qui transforme l’archive en document, l’un de ses problèmes est de ne pas se trouver happé par le fonction mémorielle de l’archive.

L’archive est le symptôme d’un manque, d’un vide ; les archives étaient la matérialisation d’un écart et d’une rupture. Elles sont le fruit d’un sauvetage mais aussi d’une organisation de l’oubli. Derrida le souligne, le destin culturel des traces du passé est la disparition.

L’inconscient est producteur d’un mode d’archivage, le refoulement, mode de présence de l’absence des documents détruits. La psychanalyse, attentive aux signes, symboles, métonymies, n’assimile jamais l’absence d’archive matérielle à l’absence d’archive et propose un mode d’accès à ces documents. L’obsession névrotique de l’archive manquante est nommée par Derrida “mal d’archive” et l’archivage est en cela une névrose de savant, ce savant en souffrance de l’archive du désir de savoir qui permettrait de fonder un propos.

Dans les années 1930, les historiens des Annales ont perçu le problème de fétichiser l’archive comme monument conservatoire du passé. Charles Seignobos, dans La Méthode historique appliquée aux sciences sociales (1901), comme Lucien Febvre et Marc Bloch, croient à cette analogie de méthode, même si Seignobos conserve une conception psychologique de l’archive là où Febvre et Bloch pensent que tout est document. Face aux choses, langues, objets, …, ils tentent de redonner du poids à l’histoire face à la mémoire.