Archives de l’intime (José-Luis DIAZ et Françoise SIMONET)

Séminaire Archive 19 – séance du 10 juin 2011

 Archives de l’intime 

Le XIXe siècle semble se caractériser (entre autres) par deux mutations décisives concernant les deux phénomènes que désigne un tel titre.

« Siècle de l’histoire », il s’emploie, pour la première fois de manière si décisive, non seulement à conserver des documents, cela se fait depuis l’Ancien régime, mais à améliorer et systématiser les pratiques d’archivage, et surtout à mettre de telles archives au service d’une interprétation du passé, ainsi renouvelée et remobilisée[1]. Ce siècle de l’histoire est donc aussi un « siècle de l’archive », comme le confirment les Goncourt, dans leur propre langage, un jour qu’ils visitent le vicomte de Lovenjoul : un « siècle de respect et de conservation de l’autographe[2]. »

« Siècle de l’intime », il est celui où les pratiques d’analyse de soi, mais aussi de mise en mémoire des divers moyens textuels de connaissance de l’intime se développent et se diversifient, et tendent à gagner une influence, historique, littéraire et critique, qui dépasse leur rayon d’action propre.

La confluence de ces deux événements tend ainsi à faire que l’archive n’est plus désormais le seul fait d’« hommes spéciaux », conservateurs et archivistes, mais de chercheurs de vérité humaine, en quête de documents autographes capables de former, selon une expression des frères Goncourt, des « archives secrètes de l’humanité » (29 octobre 1863[3]). L’archive ainsi change de paradigme : sans quitter l’univers de l’administration de la mémoire publique, elle entre dans l’univers du sensible, de l’intime, du personnel, et se pare de leur tout nouveau prestige.

Dans le geste même de l’écriture intime, la dimension d’archivage est rendue sensible ne serait-ce que par ce mot de « Mémoires », employé encore longtemps au XIXe siècle pour en référer de manière syncrétique aux diverses formes d’écriture autobiographique, tant en leurs formes archaïques que dans celles qui, issues de Rousseau, mettent l’accent sur la personnalité du scripteur, ses crises et ses mutations. Mais la stratégie de l’archive est aussi présente dès le stade d’écriture de ces ego-documents d’un genre nouveau que sont les journaux intimes, dont le premier développement coïncide avec le tout début du siècle. Tenir journal, en ce sens, n’est-ce pas d’ailleurs tenir les archives de soi-même, comme l’écrit G. Blin à propos de ce pionnier en la manière qu’est Stendhal ? Ou bien encore « tenir registre » de soi, comment disaient déjà au siècle précédent, d’une commune voix, Diderot[4] et Rousseau[5] ?

Mais la question de l’archive se rencontre surtout, au sens propre, au moment de se poser la question de la conservation, de la mise ensemble, de l’utilisation puis de l’édition de ces documents particulièrement fragiles et sensibles que sont les « écrits du for privé », ou si l’on préfère la formule de Foucault, les diverses formes de « l’écriture de soi » : Mémoires, autobiographies, journaux personnels, livres de raison, diaires, agendas, mais aussi correspondances, et toutes autres sortes de documents « autographes », etc.

Le XIXe siècle accorde une place ‑ et une estime ‑ de plus en plus marquées à mesure qu’il avance à ces objets-là[6], avec une nette avance pour les « Mémoires et correspondances » sur les journaux intimes (qui ont un temps de retard en termes de production…). Dès le début du siècle, l’édition des correspondances et des Mémoires, en particulier du XVIIIe siècle, est l’objet d’une véritable mode, observée et encouragée par les journalistes, les critiques et les écrivains (Mme de Staël, Sainte-Beuve, Nerval, les Goncourt, Barbey…). Chez eux, le goût de l’intime prend l’allure d’une passion pour les documents autographes dont, en 1857, témoigne en termes lyriques la préface des Goncourt à leurs Portraits intimes du XVIIIe siècle[7]. Passion mais aussi pratique dont Edmond signalera la précocité, vingt ans après, scandalisé de voir les deux frères pillés par une préface du Duc de Broglie.

Mais de telles passions communicatives ont aussi des conséquences sur des pratiques matérielles et commerciales, qui intéressent l’histoire culturelle : mode des albums d’autographes, autour de 1830 et après ; conservation jalouse mais aussi édition par les collectionneurs de leurs précieux documents (Feuillet des Conches, puis Lovenjoul), mais aussi commerce, avec les abus afférents à ces sortes d’engouements, qui, excitant les « amateurs », font monter les prix. Voir la dénonciation faite par Sainte-Beuve des faux de Feuillet de Conches en son édition de la correspondance de Marie-Antoinette, ou mieux encore, juste après sa mort, le procès fait à un faussaire célèbre, Vrain-Lucas, accusé d’avoir fait commerce de lettres retrouvées de personnalités historiques. Voir Le Parfait secrétaire des grands hommes : ou Les Lettres de Sapho, Platon, Vercingétorix, Cléopâtre, Marie-Madeleine, Charlemagne, Jeanne d’Arc et autres personnages illustres[8].

Sans oublier l’usage (de plus en plus répandu à l’âge naturaliste) de fonder les œuvres de fiction sur de tels « documents humains » (usage que dénoncent les Goncourt à propos d’Arsène Houssaye entre autres, mais qu’ils pratiquent eux-mêmes…), et dont on a encore un récent exemple dans le procès qui oppose ces jours-ci PPA à son ex-compagne, qui l’accuse d’avoir utilisé leur correspondance intime pour en faire un roman. …

 

 

Une journée d’étude organisée dans le cadre d’Archive 19, réunissant littéraires, historiens et archivistes pourrait ainsi s’intéresser aux diverses formes qu’a pris, au XIXe siècle, l’intérêt sans cesse croissant pour les « archives intimes » ou « privées », tant au niveau de leur sélection, de leur classement, de leur conservation, de leur valorisation (symbolique mais aussi monétaire), de leur utilisation, de leur aura, puis de leur édition sous forme de livres et de leur réception critique.

 

José-Luis Diaz

 


[1]. Voir la prégnance de titres d’ouvrages où figure le syntagme : « avec des documents nouveaux »….

 

[2]. Mercredi 1er mai 1889. ‑ Grande causerie sur Balzac avec M. de Lovenjoul, chez la princesse. En ce siècle de respect et de conservation de l’autographe, le balayage, la jetée aux ordures des manuscrits, des lettres de Balzac, a été encore plus étonnante, plus renversante, plus incroyable, que le récit courant qu’on en fait. »

[3]. La formule vient dans le Journal lors de l’évocation d’une visite chez Flaubert, à Croisset, où ils ont pu voir des documents autographes dont celui-ci fait collection : « Nous voici dans ce cabinet du travail obstiné et sans trêve, dans ce cabinet, témoin de tant et de si grands labeurs, et d’où sont sorties MADAME BOVARY et SALAMMBÔ. En cherchant son roman, il a découvert un pêle-mêle de papiers, curieusement documentaires, et dont il a commencé une collection !

C’est la confession autographe du pédéraste Chollet, qui tua son amant par jalousie, et fut guillotiné au Havre : une confession pleine de détails intimes et furibonds de passion. 

C’est la lettre d’une fille d’une maison de prostitution, offrant toutes les ordures de ses tendresses à un souteneur. 

C’est l’autobiographie d’un malheureux qui, à trois ans, devient bossu par devant et par derrière, puis dartreux à vif, et que des charlatans brûlent avec de l’eau-forte, puis boiteux, puis cul-de-jatte, le récit sans récrimination, et terrible par cela même, d’un martyr de la fatalité, ‑ morceau de papier, qui est encore la plus grande objection, que j’ai rencontrée dans ma vie contre la Providence et la bonté de Dieu.

Et nous plongeant dans les abîmes de ces cruelles vérités, nous nous disons : la belle publication à faire pour des philosophes et des moralistes, d’un choix de documents pareils, avec pour titre : ARCHIVES SECRÈTES DE L’HUMANITÉ. »

 

[4]. « Et personne ne s’étudiera soi-même, n’aura le courage de nous tenir un registre exact de toutes les pensées de son esprit, de tous les mouvements de son cœur, de toutes ses peines, de tous ses plaisirs »,lettre à Sophie Volland, 14 juillet 1762, Correspondance, éd. L. Versini, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 1997, p. 375.

 

[5]. « J’appliquerai le baromètre à mon âme. […]  je me contenterai de tenir le registre des opérations, sans chercher à les réduire en système », Les Rêveries du promeneur solitaire, « Première Promenade », Les Confessions, autres textes autobiographiques, éd. B. Gagnebin, M. Raymond, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1959, p. 1000-1001.

[6]. Voir Brigitte et José-Luis Diaz, « Le siècle de l’intime », Pour une histoire de l’intime et de ses variations, sous la direction d’Anne Coudreuse et Françoise Simonet-Tenant, Centre d’étude des Nouveaux Espaces Littéraires, Paris, L’Harmattan, 2010, p. 117-146.

 

[7]. « Les siècles qui ont précédé notre siècle ne demandaient à l’historien que le personnage de l’homme et le portrait de son génie. L’homme d’État, l’homme de lettres, le poète, le peintre, le grand homme de science ou de métier étaient montrés seulement en leur rôle, et comme en leur jour public […]. Le XIXe siècle demande l’homme qui était cet homme d’État, cet homme de guerre, ce poète, ce peintre, ce grand homme de science ou de métier. L’âme qui était en cet acteur, le cœur qui a vécu  derrière cet esprit, il les exige, il les réclame ; et s’il ne peut recueillir tout cet être moral, toute la vie intérieure, il commande du moins qu’on lui en apporte une trace, un jour, un lambeau, une relique.

Là est la curiosité nouvelle de l’histoire, et le devoir nouveau de l’historien […] l’histoire intime ; […] ce roman vrai que la postérité appellera peut-être un jour l’histoire humaine.

Mais où chercher les sources nouvelles d’une telle histoire ? Où la surprendre, où l’écouter, où la confesser ? Où découvrir les images privées ? Où reprendre la vie psychique, où retrouver le for intérieur, où ressaisir l’humanité de ces morts ? Dans ce rien méprisé par l’histoire des temps passés, dans ce rien, chiffon, poussière, jouet du vent ! – la lettre autographe. […] Seule la lettre autographe fera toucher du doigt le jeux nerveux de l’être sous le choc des choses, la pesée de la vie, la tyrannie des sensations. Seule elle dira les penchants, les goûts, les inclinations, les instincts, le secret conseil où se règlent les actions des hommes. Seule elle dira le pourquoi et le comment de cette œuvre, de cette volonté devenue fait. […] Seule elle montrera sur le vif cette santé de l’esprit : l’humeur. Seule la lettre autographe sera le confessionnal où vous entendrez le rêve de l’imagination de la créature, ses tristesses et ses gaietés, ses fatigues et ses retours, ses défaillances et ses orgueils, sa lamentation et son inguérissable espoir.

Miroir magnifique où se passe l’intention visible, et la pensée nue ! Ce papier tâché d’encre, c’est le greffe où est déposé l’âme humaine. […] Quelle résurrection, – la lettre autographe, – ce silence qui dit tout ! (Préface de la première édition des Portraits intimes du dix-huitième siècle,E. Dentu, 1856-1858, citée d’après Edmond et Jules de Goncourt, Préfaces et manifestes littéraires, Genève, Slatkine reprints, coll. « Ressources », 1980, p. 162-164).

[8]. Vrain-Lucas (1818-1882). Voir Georges Girard, Le Parfait secrétaire des grands hommes, ou les Lettres de Sapho, Platon, Vercingétorix, Cléopâtre, Marie-Madeleine, Charlemagne, Jeanne d’Arc et autres personnages illustres, mises à jour par Vrain Lucas…, Paris, à la Cité des livres, 1924. – In-16, 101 p., Édition, par G. Girard, des faux fabriqués par Vrain Lucas.