Séminaire du 10 juin 2011

 

Présents : Jean Delabroy (Université Paris Diderot, LAC), Anne-Emmanuelle Demartini (Université Paris Diderot GHESS), José-Luis Diaz (Université Paris Diderot LAC), Dominique Dupart (Université de Lille 3), Carole Furmanek (Université de Lille 3), Gabrielle Houbre (Université Paris Diderot GHESS), Odile Krakovitch (Archives nationales), Yvan Le Scanff (Université Paris III), Sophie Lucet (Université Paris Diderot LAC), Claude Millet (Université Paris Diderot LAC), Nicole Mozet (Université Paris Diderot LAC), Yann Potin (Archives nationales), Anne-Claude Ambroise-Rendu(Université Paris X), Myriam Roman (Université Paris IV), Françoise Simonet (Université Paris XIII), Sylvain Venayre (Université Paris I), Roselyne de Villeneuve (Université
Paris IV), Judith Wulf (Université Rennes 2).

1.       Archives de l’intime (José-Luis Diaz et Françoise Simonet)   Voir l’article.

2.       Un problème de définition

                 a.       sens littéral/sens métaphorique

Le principal enjeu de la discussion générale a été, à l’initiative de Jean
Delabroy, d’ordre méthodologique : faut-il se restreindre à un usage littéral du mot « archive », ou l’ouvrir à des usages métaphoriques ? Si l’on peut reconnaître le caractère heuristique des métaphores en sciences humaines, il faut aussi reconnaître que les métaphores (ces figures du transfert et du transport) servent trop souvent à l’évasion hors du sujet et à la dilution des programmes de recherche. On s’en tiendra donc au sens littéral du mot, sans échappée vers les métaphores ni assimilation à d’autres notions (notons aujourd’hui la tendance, en partie par déformation de la réflexion de Ginzburg,  à confondre l’archive avec toutes sortes de traces du passé, jusqu’au témoignage). En
revanche, l’étude des emplois métaphoriques du mot « archive » au XIXe siècle, manifeste par exemple en géologie, est une piste de recherche à suivre, ainsi que les mots constitués à l’époque en équivalents ou voisins (en particulier, on va le voir, le mot « document »).

                b.      le lexique du XIXe siècle

S’en tenir au sens strict, soit, mais lequel ? C’est évidemment ici que les choses se compliquent. Rappelons d’abord avec Yann Potin que l’usage du singulier dans l’intitulé du programme – Archive 19 et non Archives 19 – date sa perspective, puisque c’est avec Foucault dans les années 1960 (en 1966 dans son entretien avec R. Bellour sur l’écriture de l’histoire puis en 1969 dans L’Archéologie du savoir), relayé par Arlette Farge (Le Goût de l’archive,1989), que le mot se met à fonctionner (non sans heurts d’abord dans le monde
académique) au singulier : les hommes du XIXe siècle l’emploient toujours au pluriel, induisant par là un autre rapport à l’institution et une autre temporalité. C’est ainsi  à partir de l’ « archive » de notre temps que seront interrogées les « archives » du XIXe siècle. Double difficulté : difficulté de définition de l’archive aujourd’hui, à laquelle nous commencerons à nous  atteler le 9 septembre en écoutant Louis Hincker, et, à l’invitation de Dominique Dupart, en lisant pour cette séance Mal d’archive de Derrida, et difficulté
de définition des archives au XIXe siècle, que Roselyne de Villeneuve tentera de surmonter par une étude lexicale lors d’une prochaine réunion du séminaire, mais que nous ne devrons pas cesser d’affronter durant toute la durée du programme.

On peut toutefois commencer à dessiner quelques contours qui permettent de cerner ces « archive». Odile Krakovitch insiste sur leur caractère secret, par opposition aux documents, les archives étant les documents que les institutions tiennent dans leur ombre. Elles sont ce qui ne doit pas circuler, et une vraie  politique de « bouclage » de
l’information est mise en œuvre à travers l’archivage au XIXe siècle, en même temps qu’à partir du second Empire surtout se manifeste une volonté de diffusion de « documents » ou de « mémoires et documents » : deux politiques contradictoires se sont mises ainsi à
coexister, de rétention et de divulgation, même si cette dernière concerne surtout les époques anciennes. Ce qui distinguerait au XIXe siècle « archives » et « documents », ce serait alors cette opposition du secret et de sa divulgation. Sont « documents » ce qui
circule ;  sont « archives » ce qui ne circule pas.

c.      archiver / éditer / collectionner / sérier

Dès lors apparaît la différence entre archiver et éditer. On peut évidemment soutenir que ce sont des modes comparables de conservation de textes ou d’images du passé, mais là où l’édition a pour vocation évidente la diffusion, l’archivage précisément retire des documents de la circulation.  L’ archivable s’est construit au XIXe siècle avec et contre l’éditable.

Reste l’intérêt qu’il y aurait à interroger la proximité qui perdure malgré ces
objections entre éditer et archiver, et également à explorer à la limite de l’archive des expressions comme « documents » et « mémoires et documents », « documentation » (le mot apparaît en 1895) qui semblent désigner bien souvent ce que nous appellerions « archive(s) » dans le langage de notre temps : les lignes de distinction sont encore à
clarifier, pour une histoire politique de la terminologie.

Au delà des contours des mots, il faudrait pouvoir faire une cartographie de
l’archivable. Yann Potin mentionne l’existence des Archives de l’histoire de France. Tableau des archives privées et publiques en France et à l’étranger que publie Charles-Victor Langlois en 1891, mais c’est aussi en confrontant ce qui est collectionné et ce qui est
archivé que pourrait apparaître les premières lignes d’une carte de l’archivable au XIXe siècle. On peut ainsi faire l’hypothèse que la collection de documents autour de tel « pédéraste » que trouvent les Goncourt dans les papiers de Flaubert à Croisset pourrait en quelque sorte tracer les contours de ce que les institutions, privées et publiques, n’archivent pas – soit, selon une expression des Goncourt rapportée par José-Luis Diaz, « les archives secrètes de l’humanité » (Journal, 29 octobre 1863).  

Le geste d’archiver serait ainsi à comprendre dans le rapport de proximité et de
différence qu’il entretient avec celui de collectionner et celui d’éditer. Il faudrait aussi, comme le suggère Sylvain Venayre, distinguer l’acte de collecter les archives de celui de les sérier, et voir quand cette seconde pratique, irrespectueuse à l’égard des fonds documentaires, commence. L’approche sérielle des archives est manifeste chez Michelet, et la pratique de la série daterait, selon Yann Potin, pour ce qui est des publications de documents (ou archives ( !) – mais la sérialisation peut être justement définie comme
une approche documentaire et non archivistique des fonds) des années 1840.  Il faudrait même remonter à Daunou, dont les classements, fondateurs, se modélisent sur les taxinomies de l’histoire naturelle contemporaine. Le fait invite à penser la proximité de l’archivage et de la sérialisation au XIXe siècle dans les pratiques.

3.       Orientations

C’est Paule Petitier qui coordonnera la préparation de l’anthologie.

Outre les projets et manifestations prévues décrits dans le document de présentation initiale du programme –

Plusieurs  directions de travail spécifiquement littéraires se dessinent : l’étude des représentations littéraires des archives, l’étude des rapports des écrivains aux archives, l’étude des archives sur les écrivains, l’étude de l’usage de l’archive dans l’écriture, son
inscription dans l’écrit, et enfin l’étude des modélisations de l’archive par la littérature, de la littérature par l’archive.

Par ailleurs Sophie Lucet propose, en collaboration avec Romain Piana (Paris III) et le Groupe inter-universitaire sur les revues de théâtre au tournant des XIXe et XXe siècle d’engager une recherche sur le rapport des revues de la Belle Époque à l’archivage et à la collecte de document.

Il est envisagé l’édition d’un volume sur les archivistes du XIXe siècle, qui pourrait rassembler des monographies sur ceux-ci, et des études sur leurs métiers, leurs
conditions d’exercice, etc…

En filigrane, se dessine la possibilité d’un pôle autour des archives musicales,
et plus globalement sonores autour des propositions de Laurence Tibi et d’Anne-Sophie Leterrier.

Gabrielle Houbre a par ailleurs souligné lors de la discussion la nécessité de ne pas mettre de côté les archives iconographiques.

Jean Delabroy souligne la convergence possible entre les travaux d’Archive 19 et les directions d’inspiration foucaldienne esquissées par Pierre Zaoui lors de la dernière
réunion du CERILAC, d’études de l’archivage des marginalités.

Un autre pôle possible rassemblerait des recherches autour de la presse –
englobant ou non le projet de Sophie Lucet. Ainsi Alain Vaillant propose d’étudier la prolifération de périodiques d’archives (employant le mot dans leur titre…), dans le premier tiers du XIXe siècle.

De belles propositions isolées (Chantal Massol sur Nerval, Martine Lavaud sur les
archives de la planète d’Albert Kahn) trouveront plus tard leur place quand le programme sera davantage avancé. Les participants sont d’accord pour laisser mûrir les choses pendant l’été, et réfléchir à des directions favorables à une interdisciplinarité qui ne serait pas – problème connu – un simple collage de disciplines.

4.       Organisation

Carole Furmanek se chargera dorénavant des rapports de séance et de l’élaboration d’un site interactif où nous pourrons en particulier échanger des informations sur les textes destinés à l’anthologie, mettre en ligne ceux-ci ainsi que mettre en ligne une bibliographie à constituer en commun. D’ici l’été, merci d’envoyer à Claude Millet (claude-e-millet@wanadoo.fr) les références qui commenceront à alimenter cette bibliographie. A partir de la rentrée, il faudra mettre en copie Carole Furmanek(furmanekcarole@gmail.com).

 5.       Séminaire

–  9 septembre 2011, à partir de 16h15, bibliothèque Jacques Seebacher : Louis Hincker (Université de Valenciennes), l’archive. Discussion autour du texte de Louis Hincker et de Mal d’archive  de Derrida.

– 2 décembre 2012, à partir de 14h, bibliothèque Jacques Seebacher : Dominique Dupart (Université de Lille 3), situation de l’archive au XIXe siècle.

– 3 février 2012, à partir de 14h, bibliothèque Jacques Seebacher : Yann Potin (Archives nationales), archivage de l’intime et anthropologie familiale.

Les dates et objets des séances suivantes, pour l’année 2012, seront à définir le 9
septembre. Pour le moment, retenons deux propositions : Nicole Mozet (Université
Paris Diderot) présentera lors d’une des séances suivantes Le Succube de Balzac, Roselyne de Villeneuve (Université Paris Sorbonne) se propose de faire une analyse lexicologique du mot « archive » au XIXe siècle dans une des séances du séminaire en 2013.

Toute autre proposition bienvenue.

Les séances de séminaire seront annoncées sur les sites du CERILAC, de la SERD et de Fabula. Les communications seront publiées sur le site de « Littérature & civilisation du XIXe siècle ». La mise en ligne des communications n’interdit pas, sous une forme retravaillée par le temps, leur publication ultérieure ou leur reprise en journée d’études ou en colloque. Il faut au contraire pouvoir les concevoir parfois comme des présentations d’un premier état d’une recherche qui aura, d’ici 2016, le temps de s’approfondir.

Claude Millet

Professeur à LAC (Université Paris Diderot)

Responsable de la composante « Littérature
et civilisation du XIXe siècle »

01 48 78 58 60

claudelisabethmillet@gmail.com /claude-e-millet@wanadoo.fr

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *