Séminaire du 9 septembre 2011

Présents : Sylvie Aprile (Université de Lille 3), Dominique Dupart (Université de Lille 3), Carole Furmanek (Université de Lille 3), Anne Geisler (Université d’Evry-Val d’Essonne), Louis Hincker (Université de Valenciennes), Gabrielle Houbre (Université Paris Diderot GHESS), Martine Lavaud (Université Paris IV), Sophie Lucet (Université Paris Diderot LAC), Claude Millet (Université Paris Diderot LAC), Nicole Mozet (Université Paris Diderot LAC), Odile Parsis (Université de Lille 3), Paule Petitier (Université Paris Diderot LAC), Nathalie Piégay-Gros (Université Paris Diderot LAC), Yann Potin (Archives Nationales), Stéphanie Smadja (Université Paris Diderot LAC), Sylvain Venayre (Université Paris I), Roselyne de Villeneuve (Université Paris IV).

1. L’archive (Louis Hincker)      Voir l’article [compte-rendu de l’intervention].

2. Usages de l’archive : document/monument

Dans son exposé, Louis HINCKER s’est voulu soucieux de signaler l’existence de modes différents d’archivage, de types d’archive bien distincts. La discussion s’engage donc sur cette distinction essentielle du document et du monument et sur les époques différentes auxquelles ils se trouvent associés.

Paule PETITIER souligne qu’avant la Révolution le document d’archives sert à la légitimation ; il est donc lu de manière directe, comme un texte tout à fait explicite. Après la Révolution, il semble bien qu’on cherche aussi à y lire autre chose que ce qu’on peut y lire explicitement. L’usage pratique de l’archive, essentiel pour l’administration, s’accompagne d’ailleurs de deux modes d’archivage : à l’archivage de l’ère post-révolutionnaire s’ajoute l’archivage par le corps des conservateurs de l’archivistique, corps spécifique en constitution à partir de la Monarchie de Juillet.

L’archive étant prise tantôt comme document, tantôt comme monument, Claude MILLET se demande si cette opposition est véritablement un phénomène pris dans l’Histoire, si les types d’archive différents correspondent bien à des époques différentes. L’usage de l’archive par les historiens s’est accompagné et s’accompagne encore d’un usage par les utilisateurs. Yann POTIN rappelle l’existence des archives nobiliaires aux Archives Nationales. De fait,  même depuis la Monarchie de Juillet, les producteurs d’archives n’ont pas pour seule visée l’usage qu’en feront les historiens. La même archive peut ainsi jouer dans les deux régimes, en tant que monument et document. Ce point d’analyse proposé Paule PETITIER et de Claude  MILLET rallie l’assemblée. Les schémas proposés par Louis HINCKER peuvent se lire aussi en synchronie.

3. Les modèles historiographique, juridique et archéologique.

Cette superposition des représentations et des usages de l’archive en document et en monument nous invite à réfléchir au cas de Michelet et, plus généralement, aux différents paradigmes qui fondent l’archivistique au XIXe siècle.

Michelet  Yann POTIN souligne qu’un de nos problèmes pour appréhender la question vient de notre représentation du discours historique : il nous paraîtrait toujours plus légitime que le discours des mémorialistes. Témoin de cette schizophrénie, Michelet, mémorialiste, aspire aussi à une posture d’historien : il a le réflexe de dire qu’il a pris des notes, connu des témoins. Or, ces scrupules de méthode n’étaient pas des exigences attendues alors – elles le sont devenues depuis. Pourtant, Claude PETITIER le rappelle, Michelet donne à voir l’histoire du XIXe siècle dans le prolongement de l’histoire de la Révolution et n’oppose pas archives et témoignages. Braconnées sur le territoire du Droit, les archives de la Révolution sont ainsi pensées dans un esprit monumental et non comme comme une somme de documents. Michelet crée et enrichit son oeuvre au contact de territoires dont il fait évoluer les limites.

Légimité de l’archive au XIXe siècle ? Aujourd’hui la légitimité est au coeur de notre démarche de lecture et de constitution d’archives.  A charge pour les Archives Nationales d’organiser l’oubli… – vaste tâche, certes, mais travail capital. La légitimité que nous accordons de nos jours à l’archive et au travail de l’historien avait-t-elle pour autant la même valeur au XIXe siècle ? Fondée sur une démarche documentaire, qui comprend une part d’ethnographie et de sociologie en relation directe avec l’époque, l’histoire contemporaine – telle que nous la connaissons et nous nous la représentons – n’existe que depuis une trentaine d’années. Auparavant, l’observation et l’analyse de temps passés étaient bien plus dérivées. Au XIXe siècle, dans un prolongement du système de l’Ancien Régime, la légitimité n’est d’ailleurs pas associée au travail de l’historien mais à celui du juriste. Yann POTIN insiste sur ce point en convoquant le parcours exemplaire de Natalis de Wailly. Nommé directeur des Archives administratives à partir de novembre 1830, soit presqu’au même moment où Michelet arrive aux Archives, Natalis de Wailly est un juriste. Il exprime sa volonté d’être d’abord un régulateur du Droit. Pour lui, une histoire contemporaine ne peut être légitime. Il invente alors un principe pratique qui met finalement cent ans pour être historicisé. Son modèle historiographique est certes daté mais il institue le principe du respect des fonds dans la pratique archivistique.

4. Mal d’archive

Freud/les métaphores de l’archéologie   Dominique PUPART le souligne : au moment où les catégorisations se mettent en place, où la situation semble se clarifier, Freud prépare un avenir d’où dépendra un rapport intrinséquement critique à l’archive. C’est donc sans illusion rétrospective que l’on peut envisager l’archive au XIXe siècle sur ce mode.

Yann POTIN rappelle toutefois la généalogie du texte de Derrida : Mal d’archive est le texte d’une conférence,  en rapport direct avec le lieu où cette conférence est donnée, le Freud Museum. [NDR : La conférence a été prononcée le 5 juin 1994 au Freud Museum de Londres dans le cadre du colloque international « Memory. The questions of archives » organisé par René Major et Elisabeth Roudinesco sous les auspices de la Société Internationale d’Histoire de la Psychanalyse, du Freud Museum et du Courtauld Institute of Art. De la première ébauche de titre (« le concept d’archive ») au titre final (« Mal d’archive »), Derrida a toujours précisé ce sous-titre : « Une impression freudienne ».] Or les premières métaphores sur lesquelles Freud travaille sont les métaphores de l’archéologie ; en partant de Freud, on retrouvera donc nécessairement une certaine dose d’illusion rétrospective. Claude MILLET le précise : selon Derrida, c’est d’ailleurs l’imaginaire de l’archéologie qui fait manquer à Freud la question de l’archive.

Cette question des liens entre l’archive et les métaphores de l’archéologie est nécessairement complexe car on observe des aller-retours entre les notions, des échanges : Foucault emploie la première fois le mot « archive » dans L’Archéologie du savoir [en 1967] ; l’archéologie convoque elle aussi l’imaginaire de l’archive lorsque les archéologues des années 50 choisissent de parler d’ « archives du sol » plutôt que d’objets de collection. De plus, Yann POTIN le redit, le respect des fonds comme le classement pur ne sont pas des réalités de l’archivistique mais des mythes. On le voit, les imaginaires – de l’archive, de l’archéologie – se complètent et se compliquent.

Archive et vérité de l’être  Dominique DUPART précise que le rapport critique de Foucault à Freud vient de l’absence irrémédiable de tout récit originaire, toute archive qui dise la vérité de l’être. Nathalie PIEGAY-GROS évoque justement l’obsession de la trace chez Derrida, Derrida qui s’était fait l’archiviste de son existence. Cette obsession porte en fait le deuil de l’origine – que la prolifération de l’archive perd plus qu’elle ne la trouve.

Selon Dominique DUPART, la tension naîtrait alors de ce que les historiens ne peuvent mettre de côté ce scientisme lié à la vérité du document. Or Derrida déconstruit la vérité possible de tout document. Il existerait donc une troisième voie pour l’archive, et pas seulement celle du document ou celle du monument.

5. Archivage hors institutions/dans les institutions

Archives de tous ? par tous ? Quand on dit « tout est archive », l’archive sort du territoire de l’archonte. Tout le corps social devient producteur d’archives. Claude MILLET trouverait donc intéressant de voir comment est reçue au XIXe siècle cette possibilité de constituer des archives qui ne sont pas produites par l’institution. Selon Claude MILLET, toutes ces « archives de l’intime » [pour reprendre le titre de l’allocution de José-Luis DIAZ et Françoise SIMONET] déplacent pour le moins les fonctions de l’archive. Nathalie PIEGAY-GROS pose la question de l’existence d’un archivage contrebandier.

Archives des écrivains ? Paule PETITIER oriente la discussion vers les écrivains, qui constituent leurs propres archives de leur vivant. Selon Paule PETITIER, il est bon de rappeler que Hugo le fait au nom qu’il est « une chose publique » : c’est donc un intime qui n’appartient pas à Hugo mais à la chose publique. Ramasser dans une poubelle les épreuves de Balzac corrigées de sa main, était-ce d’ailleurs un geste d’archivage ? un geste de collectionneur ?, se demande Yann POTIN. On s’interroge conséquemment sur la méthode actuelle de l’IMEC [Institut Mémoires de l’Edition Contemporaine], qui prend tout et ne classe pas.

Destruction, transmission  Le débat s’ouvre sur les enjeux personnels liés à cet archivage. Dominique DUPART montre la richesse de ce sujet en prenant l’exemple des liens que repère Derrida entre la vie d’Hélène Cixous – qui donne tout à la bibliothèque – et les fictions qu’elle crée, notamment Manhattan. Lettres de la préhistoire, où l’héroïne est amoureuse d’un contrefacteur.  Nathalie PIEGAY-GROS insiste sur les rapports qu’entretiennent l’écrit et l’origine : l’écrit peut repousser l’origine au lieu de la convoquer. Certes, consent Yann POTIN, mais on retrouve dans l’archivage une dynamique de production d’authenticité.

D’ailleurs, reprend Yann POTIN, on détruit beaucoup plus que l’on ne garde et la salle des Inventaires aux Archives Nationales prouve l’ampleur du tri – et de la destruction. Il ne faudrait pas croire à l’illusion qu’il n’y a toujours eu que ce que l’on trouve maintenant. Les dossiers des communards acquittés n’existent plus par exemple. On [ ?] rappelle opportunément la devise de Picasso : « On n’est que ce que l’on garde ».

A rebours de cette destruction, on évoque les projets de transmission d’archives personnelles. Claude MILLET mentionne le cas particulier de Flaubert, célibataire sans enfants, qui ne donnera pas ces multiples archives par testament donc, mais qui choisit tout de même de les montrer à ses amis. L’auteur semble avoir au moins une pensée minimale de ses propres traces. Les manuscrits de Flaubert, très abondants, ont été dispersés (la majorité se retrouve cependant à la BNF) et Yann POTIN trouverait intéressant qu’on puisse avoir un panorama sur ce point précis de la transmission, de la mort de Flaubert à la position actuelle.

6. Evolution des mots

La discussion s’engage sur l’étymologie ambigue du mot « archive » et sur l’importance de prendre en compte la sémantique historique. Pour le XIXe siècle, la définition qui prime n’est évidemment pas la définition de Derrida. Le sémantisme puissant qu’il convoque [NDR : le nom grec « arkhè », « début » et « autorité »] est sans commune mesure avec l’étymologie commune des mots en « archéo- » qui renvoient à l’idée d’ancienneté, qui ont tout simplement trait à tout ce qui est ancien voir entre autres les usages de la langue dans le Dictionnaire de la Conversation]. On peut même associer plus directement l' »archivum » à l' »archa », les coffres, soit les lieux où l’on garde à l’abri. Les « archa », mot neutre, sont un lieu, et non un document ; un contenant, et non un contenu.

Claude MILLET conclut en confirmant la nécessité du travail de Roselyne DE VILLENEUVE sur le mot « archive », étude qui intéressera toutes les disciplines.

7. Perspectives

Le manque, l’effacement de l’archive  Louis HINCKER note la récurrence de nos interrogations autour de « l’archive manquante ».

Nathalie PIEGAY-GROS  annonce que des vingtiémistes, essentiellement derridiens, travaillent actuellement sur « l’éphémère de l’archive », et notamment sur le fait d’exhiber des traces puis de les détruire. Il s’agit de la journée d’étude « l’éphémère de l’archive dans la littérature et l’art contemporains (absence d’œuvre, performances, poésie orale…) » organisée par Evelyne Grossman et Pierre Zaoui le vendredi 16 mars 2012 à Paris 7, de
9h à 18h.

Louis HINCKER nous signale que cette problématique autour de l’inscription et de l’effacement intéresse aussi grandement les historiens actuellement et évoque pour nous le travail de Roger Chartier sur Cardenio, la pièce perdue de Shakespeare.

Etudes comparatives avec les sociétés savantes et scientifiques  Claude PETITIER aimerait savoir s’il existe une étude comparative de l’épistémologie moderne de l’archive et de l’épistémologie empiriste de la Royal Society, qui entasse les documents. L’existence de sociétés savantes, de cabinets scientifiques est une donnée essentielle dans notre interrogation de l’archive. Michelet s’intéresse de près à la vie physiologique de sa femme dans la perspective de livrer ces notes comme archives, de proposer ces matériaux à la postérité afin de contribuer à une meilleure connaissance de la vie féminine.

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *