Séminaire du 3 février 2012

1.Informations (Claude Millet)

– Claude Millet propose d’écouter prochainement (fin juin ou septembre) les « tribulations d’une archive » dans le conte « Le Succube » des Contes drolatiques de Balzac et d’y associer une étude de Son Excellence Eugène Rougon.

– Des contacts ont été pris avec un universitaire de l’Université de Chicago, spécialiste de l’autographe au XIXe siècle. La date de son intervention au séminaire reste à définir.

2. Apparition et exhibition de l’archive dans un texte d’histoire, une poétique de l’archive ? (Dominique Dupart)   Voir le compte-rendu de cette intervention.

3. Discussion

LOUIS HINCKER revient sur un sujet primordial : l’écriture de l’Histoire. Cette enquête sur l’archive pose la question de l’écriture de l’Histoire et peut-être faudrait-il avant tout définir avec justesse ce qu’est une écriture de l’Histoire, en quoi consiste l’opération historique. Ce sujet semble énorme. Le mot « écriture » écrase ici les procédés de l’opération historique.

JOSE LUIS DIAZ demande quel titre a été choisi pour cette enquête [NDLR : la communication avait d’abord été simplement annoncée sous le titre « l’archive au XIXe s. » Le titre que je propose pour ce compte-rendu, « Enquête sur l’archive au XIXe s. : apparition et exhibition de l’archive dans un texte d’histoire, une poétique de l’archive ? », a été accepté par à Dominique Dupart]. S’agit-il de l’imaginaire de l’archive ? De son imaginaire romantique ? De penser comment on romantise l’archive ? Or José Luis Diaz ne pense pas que l’imaginaire d’Artières soit un imaginaire romantique. Et que dire de Guizot?

L’autre interrogation porte sur l’emploi du mot « archive » au singulier (en lieu et place de source, document, mémoire,…).

DOMINIQUE DUPART assume un point de vue partiel et partial et un intérêt pour l’usage narratif de l’archive. Elle souligne par ailleurs que les historiens eux-mêmes (Farge, Certeau, Foucault,…) réfléchissent à l’écriture de l’archive.

Elle rappelle à quel point la citation est exhibante. Le flirt avec la source conduit à la beauté en soi : l’archive devient une œuvre. Ce qui compte est bien l’émotion. Il s’agit d’un tableau enchassé, qui charme. On remarque d’ailleurs bien la réception poétique chez Thierry. Aujourd’hui encore les manuscrits sont exhibés, même sous la forme de polycopiés. Dans son ouvrage sur La Cassagne Philippe Artières montre le body-art de 1802 qui emprunte des codes à la peinture romantique : cette écriture sur derme serait l’archive par excellence. Elle trouve sa place dans un ouvrage d’histoire.

L’historien entretient un rapport fétiche à la source. Le document peut être utilisé en ornement. Barante fait clairement de la copia, joue de l’amplification lors de la réécriture, même si cette amplification doit pas défigurer la source. Pourquoi ? Il faut que le texte soit attachant pour Barante.

On évoque la poétique de la voix et la pensée chrétienne de la compassion. Ce souci de déléguer une voix à ceux qui n’ont pas se rencontre chez Febvre comme chez Hugo : il s’agit de donner une voix aux choses mortes.

On revient aussi sur les questions du pastiche, du caviardage et de la création du faux ; la possibilité de fabriquer un document plus vrai que la vraie source.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *