Séminaire du 2 décembre 2011

Présents : José-Luis Diaz (Paris 7), Dominique Dupart (Lille 3), Carole Furmanek (Lille 3), Louis Hincker (Univ. Valenciennes), Gabrielle Houbre (Paris 7), Yvon Le Scaff (Paris 3), Muriel Louapre (Paris 5-Paris Descartes), Claude Millet (Paris 7), Nicole Mozet (Paris 7), Paule Petitier (Paris 7), Yann Potin (Archives Nationales), Stéphanie Smadja (Paris 7), Sylvain Venayre (Paris 1)

1. L’institution des archives. De l’Etat à l’intime (Yann POTIN) 

Yann Potin prépare actuellement un compte-rendu de cette étude chronologique de l’institution des archives, du XVIIIe siècle à nos jours. Vous pourrez donc bientôt prendre connaissance de cet article sur le site. Voici pour l’instant un compte-rendu des grandes lignes de cet exposé.

L’institution des archives, du XVIIIe siècle à nos jours : Yann Potin a illustré très précisément la transformation qui s’opére ainsi, et qui fait passer l’archive d’un lieu à une matérialité, susceptible de se répandre. Il a mis en valeur par de nombreux exemples cette tension entre l’ouverture et la fermeture qui agite les Archives nationales au XIXe siècle.

L’exposé a permis de dessiner quatre grandes périodes  :

– les brouillages présents dès le XVIIIe siècle, qu’on a pu repérer notamment dans l’épisode fondateur de la Révolution française où se repose la question des archives nationales mais où se découvre la nécessité de conserver des éléments de l’Ancien Régime, et dans la tentative de Denoux de créer un tableau synthétique des fonctions de l’archive sur le modèle d’une bibliothèque de l’administration.

– la patrimonalisation des traces sous le vocable d’autographes, à partir de la Restauration : les archives deviennent un bien transmissible. Les documents juridiques dévitalisés inondent le marché. Se met en place ce grand mouvement qui fait que les archives littéraires puis toutes les archives privées obtiennent la même valeur que les archives nationales.

– la mise en place sous le Second Empire d’un système institutionnel double : les bibliothèques/les archives. Les archives de l’intime sont réservées à une élite d’auteurs.

– les débuts du régime contemporain de l’archive dès les années 1880 : les archives servent de validation a posteriori de la renommée.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *