COLLOQUE « LES ARCHIVES AU XIXe SIECLE : DEFINITIONS ET USAGES » LES 12-13-14 MARS 2014

2014-02-19 Affiche colloque_CERILAC_CM4

Les archives au XIXe siècle
Définitions et usages
CERILAC EA44 10
12-13-14 mars 2014

Colloque organisé par l’EA 4410 CÉRILAC avec la collaboration des Archives nationales de France
Comité scientifique : Dominique Dupart (Université Lille3), Louis Hincker (Université de Valenciennes), Muriel Louâpre (Université Paris V), Claude Millet (Université
Paris Diderot), Paule Petitier (Université Paris Diderot), Yann Potin (Archives nationales) et Sylvain Venayre (Université de Savoie).

Prochain séminaire : le 31 mai 2013, de 13h15 à 15h15

Dernière séance du séminaire « Archive19 » pour cette année universitaire :

Le 31 mai 2013 à la Bibliothèque Jacques Seebacher-  13h15 à 15h15

Communication de Julie Lauvernier (Docteur en Histoire contemporaine et membre associé du CERHIO-UMR 6258) : imaginaire et pratiques des archives au XIXe siècle.

Appel à communication : COLLOQUE INTERDISCIPLINAIRE « LES ARCHIVES AU XIXe S. : DÉFINITIONS ET PRATIQUES »

 

Colloque interdisciplinaire « Les archives au XIXe siècle : définitions et pratiques »

Université Paris Diderot   – 13-15 mars 2014 – Appel à communication

comité scientifique : Louis Hincker (université de Valenciennes), Muriel Louâpre (université Paris V), Claude Millet (université Paris Diderot), Paule Petitier (université Paris Diderot), Yann Potin (Archives nationales) et Sylvain Venayre (université Paris I).

 

Dans le cadre du programme « Archive(s) 19 » (http://archive19.hypotheses.org), la composante « Littérature & civilisation du XIXe siècle » du CÉRILAC (EA 4410 Université Paris Diderot) en partenariat avec les Archives nationales accueillera les 13, 14 et 15 mars 2014 un colloque sur les définitions et pratiques des archives au XIXe siècle (1789-1914), étant entendu que les pratiques non seulement reposent sur les conceptions mais les informent.

Définitions : seront questionnées la définition de l’archive au XIXe siècle dans les langues juridique et historienne, mais aussi ses acceptions, littérales et/ou métaphoriques, dans d’autres champs du discours (littérature, sciences de la nature et de l’homme), les contours de la notion d’archive par rapport à des notions proches comme celle de document et leurs possibles recouvrements, la délimitation du domaine de l’archivable et son devenir dans le contexte des mutations épistémologiques qui ont marqué le « siècle de l’histoire ».

Pratiques : pourront être étudiés les travaux archivistiques, leurs évolutions, leur institution en paradigme de la recherche des traces du passé, les usages des archives en régime savant, en particulier par les historiens mais pas seulement, et enfin le rapport des écrivains aux archives, entre usages concrets et imaginaire (consultations et collections, usages documentaires dans la genèse, constitution des archives de l’œuvre, collation et commerce d’autographes, mais aussi intégrations textuelles, représentation des archives et de ceux qui les conservent ou les détruisent).

Les propositions de contribution (2000-5000 signes sont à adresser avant le 12 mai 2013 à Claude Millet (claude-e-millet@wanadoo.fr).

 

 

LES FANTÔMES DE GABRIEL MONOD. PAPIERS ET PAROLES DE JULES MICHELET, ÉRUDIT ET PROPHÈTE Yann Potin (P.U.F. | Revue historique 2012/4 – n° 664 pages 803 à 836)

Vous pouvez consulter cet article ici : Les fantômes de Gabriel Monod. Papiers et paroles de Jules Michelet, érudit et prophète

Pour citer cet article : Potin Yann, « Les fantômes de Gabriel Monod. Papiers et paroles de Jules Michelet, érudit et prophète », Revue historique, 2012/4 n° 664, p. 803-836.

L’ article est aussi disponible en ligne sur cairn : https://www.cairn.info/revue-historique-2012-4-page-803.htm

Séminaire du 1er février 2013

Prochaine réunion du séminaire « Archive(s)19 » : 1er février 2013 à partir de 14h30, Bibliothèque Jacques Seebacher.

Ordre du jour :

1. Préparation du colloque sur les représentations et usages des archives au XIXe siècle.

2. Communication de Nicole Mozet : « Balzac, la mise en scène drolatique de l’archive postrévolutionnaire »

Le compte-rendu de cette communication est en cours de rédaction.

Séminaire du 3 février 2012

1.Informations (Claude Millet)

– Claude Millet propose d’écouter prochainement (fin juin ou septembre) les « tribulations d’une archive » dans le conte « Le Succube » des Contes drolatiques de Balzac et d’y associer une étude de Son Excellence Eugène Rougon.

– Des contacts ont été pris avec un universitaire de l’Université de Chicago, spécialiste de l’autographe au XIXe siècle. La date de son intervention au séminaire reste à définir.

2. Apparition et exhibition de l’archive dans un texte d’histoire, une poétique de l’archive ? (Dominique Dupart)   Voir le compte-rendu de cette intervention.

3. Discussion

LOUIS HINCKER revient sur un sujet primordial : l’écriture de l’Histoire. Cette enquête sur l’archive pose la question de l’écriture de l’Histoire et peut-être faudrait-il avant tout définir avec justesse ce qu’est une écriture de l’Histoire, en quoi consiste l’opération historique. Ce sujet semble énorme. Le mot « écriture » écrase ici les procédés de l’opération historique.

JOSE LUIS DIAZ demande quel titre a été choisi pour cette enquête [NDLR : la communication avait d’abord été simplement annoncée sous le titre « l’archive au XIXe s. » Le titre que je propose pour ce compte-rendu, « Enquête sur l’archive au XIXe s. : apparition et exhibition de l’archive dans un texte d’histoire, une poétique de l’archive ? », a été accepté par à Dominique Dupart]. S’agit-il de l’imaginaire de l’archive ? De son imaginaire romantique ? De penser comment on romantise l’archive ? Or José Luis Diaz ne pense pas que l’imaginaire d’Artières soit un imaginaire romantique. Et que dire de Guizot?

L’autre interrogation porte sur l’emploi du mot « archive » au singulier (en lieu et place de source, document, mémoire,…).

DOMINIQUE DUPART assume un point de vue partiel et partial et un intérêt pour l’usage narratif de l’archive. Elle souligne par ailleurs que les historiens eux-mêmes (Farge, Certeau, Foucault,…) réfléchissent à l’écriture de l’archive.

Elle rappelle à quel point la citation est exhibante. Le flirt avec la source conduit à la beauté en soi : l’archive devient une œuvre. Ce qui compte est bien l’émotion. Il s’agit d’un tableau enchassé, qui charme. On remarque d’ailleurs bien la réception poétique chez Thierry. Aujourd’hui encore les manuscrits sont exhibés, même sous la forme de polycopiés. Dans son ouvrage sur La Cassagne Philippe Artières montre le body-art de 1802 qui emprunte des codes à la peinture romantique : cette écriture sur derme serait l’archive par excellence. Elle trouve sa place dans un ouvrage d’histoire.

L’historien entretient un rapport fétiche à la source. Le document peut être utilisé en ornement. Barante fait clairement de la copia, joue de l’amplification lors de la réécriture, même si cette amplification doit pas défigurer la source. Pourquoi ? Il faut que le texte soit attachant pour Barante.

On évoque la poétique de la voix et la pensée chrétienne de la compassion. Ce souci de déléguer une voix à ceux qui n’ont pas se rencontre chez Febvre comme chez Hugo : il s’agit de donner une voix aux choses mortes.

On revient aussi sur les questions du pastiche, du caviardage et de la création du faux ; la possibilité de fabriquer un document plus vrai que la vraie source.

Apparition et exhibition de l’archive dans un texte d’histoire : une poétique de l’archive ? (Dominique DUPART)

Enquête sur l’archive au XIXe s. : apparition et exhibition de l’archive dans les textes d’histoire, une poétique de l’archive ?

DOMINIQUE DUPART prépare actuellement le compte-rendu de son enquête, qui interroge moins la nature de l’archive que les modalités de son apparition et de son exhibition dans un texte d’histoire. Lors du séminaire, son propos a développé trois pistes : l’archive,  enjeu poétique ; l’archive et le vivant ; l’archive prise comme preuve dans un texte d’histoire.

L’institution des archives. De l’Etat à l’intime (Yann POTIN)

Yann Potin prépare actuellement un compte-rendu de cette étude chronologique de l’institution des archives, du XVIIIe siècle à nos jours. Vous pourrez donc bientôt prendre connaissance de cet article sur le site.

Voici pour l’instant un compte-rendu des grandes lignes de cet exposé.

L’institution des archives, du XVIIIe siècle à nos jours : Yann Potin a illustré très précisément la transformation qui s’opére ainsi, et qui fait passer l’archive d’un lieu à une matérialité, susceptible de se répandre. Il a mis en valeur par de nombreux exemples cette tension entre l’ouverture et la fermeture qui agite les Archives nationales au XIXe siècle.

L’exposé a permis de dessiner quatre grandes périodes  :

– les brouillages présents dès le XVIIIe siècle, qu’on a pu repérer notamment dans l’épisode fondateur de la Révolution française où se repose la question des archives nationales mais où se découvre la nécessité de conserver des éléments de l’Ancien Régime, et dans la tentative de Denoux de créer un tableau synthétique des fonctions de l’archive sur le modèle d’une bibliothèque de l’administration.

– la patrimonalisation des traces sous le vocable d’autographes, à partir de la Restauration : les archives deviennent un bien transmissible. Les documents juridiques dévitalisés inondent le marché. Se met en place ce grand mouvement qui fait que les archives littéraires puis toutes les archives privées obtiennent la même valeur que les archives nationales.

– la mise en place sous le Second Empire d’un système institutionnel double : les bibliothèques/les archives. Les archives de l’intime sont réservées à une élite d’auteurs.

– les débuts du régime contemporain de l’archive dès les années 1880 : les archives servent de validation a posteriori de la renommée.

Séminaire du 2 décembre 2011

Présents : José-Luis Diaz (Paris 7), Dominique Dupart (Lille 3), Carole Furmanek (Lille 3), Louis Hincker (Univ. Valenciennes), Gabrielle Houbre (Paris 7), Yvon Le Scaff (Paris 3), Muriel Louapre (Paris 5-Paris Descartes), Claude Millet (Paris 7), Nicole Mozet (Paris 7), Paule Petitier (Paris 7), Yann Potin (Archives Nationales), Stéphanie Smadja (Paris 7), Sylvain Venayre (Paris 1)

1. L’institution des archives. De l’Etat à l’intime (Yann POTIN) 

Yann Potin prépare actuellement un compte-rendu de cette étude chronologique de l’institution des archives, du XVIIIe siècle à nos jours. Vous pourrez donc bientôt prendre connaissance de cet article sur le site. Voici pour l’instant un compte-rendu des grandes lignes de cet exposé.

L’institution des archives, du XVIIIe siècle à nos jours : Yann Potin a illustré très précisément la transformation qui s’opére ainsi, et qui fait passer l’archive d’un lieu à une matérialité, susceptible de se répandre. Il a mis en valeur par de nombreux exemples cette tension entre l’ouverture et la fermeture qui agite les Archives nationales au XIXe siècle.

L’exposé a permis de dessiner quatre grandes périodes  :

– les brouillages présents dès le XVIIIe siècle, qu’on a pu repérer notamment dans l’épisode fondateur de la Révolution française où se repose la question des archives nationales mais où se découvre la nécessité de conserver des éléments de l’Ancien Régime, et dans la tentative de Denoux de créer un tableau synthétique des fonctions de l’archive sur le modèle d’une bibliothèque de l’administration.

– la patrimonalisation des traces sous le vocable d’autographes, à partir de la Restauration : les archives deviennent un bien transmissible. Les documents juridiques dévitalisés inondent le marché. Se met en place ce grand mouvement qui fait que les archives littéraires puis toutes les archives privées obtiennent la même valeur que les archives nationales.

– la mise en place sous le Second Empire d’un système institutionnel double : les bibliothèques/les archives. Les archives de l’intime sont réservées à une élite d’auteurs.

– les débuts du régime contemporain de l’archive dès les années 1880 : les archives servent de validation a posteriori de la renommée.

 

L’Archive (Louis HINCKER)

Séminaire Archive 19 – séance du 10 septembre 2011 : vous lirez ici un compte-rendu par Carole Furmanek de l’intervention de Louis HINCKER sur L’ARCHIVE.

Le singulier jette le trouble : cet usage du mot ”archive” n’est pas reconnu d’emblée par les professionnels des archives. Il existerait une conception de l’archive – au singulier – qui accompagne toutes les utilisations de l’archive.

Louis Hincker déploiera ici un panorama des questions relatives à ce point selon quatre axes :

– le fondement politique de la notion

– la définition juridique et ses limites (ce que l’archivistique appelle “archives”)

-la fonction mémorielle

– le fétichisme

1. Le fondement politique

Dans Mal d’archive, Derrida commence justement par ce point. Il y a une efficacité à rappeler l’étymologie du mot : ”Arkéia” vient du verbe “arkein”, qui signifie “commander” et “commencer”. Il dénote le pouvoir de légitimation et le point de départ ; il a tout à voir avec l’autorité (“arkè”).

Renommée, autorité et lieu du propriétaire des archives sont autant de pôles d’autorité qui se renforcent les uns les autres.

Le statut de l’archive a des conséquences sur le statut de l’historien, qui a lui-même une influence sur l’interprétation. L’archive en appelle en effet à la propriété, à l’autorité mais aussi à la compétence puisque la fonction d’extériorité organisatrice est réservée à quelques uns.

2. La définition juridique et ses limites

Il existe une définition juridique du mot, qui accompagne le fondement normatif de la notion. Mais la définition juridique ne naît que le 3 janvier 1979 en France. De plus, l’archiviste est exclu de cette définition juridique alors même que c’est lui qui joue le rôle d’extériorité organisatrice.  La loi passe ainsi sous silence l’intervention de l’archiviste, la part du producteur dans la sélection, la part de l’historien dans l’interprétation.

3. La fonction mémorielle de l’archive

Le mot est traversé par une tension entre la mémoire et l’Histoire, le monument et le document. C’est justement cette tension qui fait basculer le débat vers “l’archive” – au singulier.

Un fonds d’archives se fonde sur le principe du respect de la provenance (il se compose de documents liés à la même provenance et donc liés entre eux par sédimentation). Ce principe, théorisé en 1841 par de Wailly, remplace le principe du classement thématique pratiqué à partir de l’époque révolutionnaire.

Une théorie des cycles de vie s’applique aux archives : le décret du 3 septembre 1979 vient compléter la loi de janvier et définit un âge administratif (directement lié à l’usage), un âge intermédiaire et un âge historique.

4. Le fétichisme de l’archive

L’historien est celui qui transforme l’archive en document, l’un de ses problèmes est de ne pas se trouver happé par le fonction mémorielle de l’archive.

L’archive est le symptôme d’un manque, d’un vide ; les archives étaient la matérialisation d’un écart et d’une rupture. Elles sont le fruit d’un sauvetage mais aussi d’une organisation de l’oubli. Derrida le souligne, le destin culturel des traces du passé est la disparition.

L’inconscient est producteur d’un mode d’archivage, le refoulement, mode de présence de l’absence des documents détruits. La psychanalyse, attentive aux signes, symboles, métonymies, n’assimile jamais l’absence d’archive matérielle à l’absence d’archive et propose un mode d’accès à ces documents. L’obsession névrotique de l’archive manquante est nommée par Derrida “mal d’archive” et l’archivage est en cela une névrose de savant, ce savant en souffrance de l’archive du désir de savoir qui permettrait de fonder un propos.

Dans les années 1930, les historiens des Annales ont perçu le problème de fétichiser l’archive comme monument conservatoire du passé. Charles Seignobos, dans La Méthode historique appliquée aux sciences sociales (1901), comme Lucien Febvre et Marc Bloch, croient à cette analogie de méthode, même si Seignobos conserve une conception psychologique de l’archive là où Febvre et Bloch pensent que tout est document. Face aux choses, langues, objets, …, ils tentent de redonner du poids à l’histoire face à la mémoire.

Archives de l’intime (José-Luis DIAZ et Françoise SIMONET)

Séminaire Archive 19 – séance du 10 juin 2011

 Archives de l’intime 

Le XIXe siècle semble se caractériser (entre autres) par deux mutations décisives concernant les deux phénomènes que désigne un tel titre.

« Siècle de l’histoire », il s’emploie, pour la première fois de manière si décisive, non seulement à conserver des documents, cela se fait depuis l’Ancien régime, mais à améliorer et systématiser les pratiques d’archivage, et surtout à mettre de telles archives au service d’une interprétation du passé, ainsi renouvelée et remobilisée[1]. Ce siècle de l’histoire est donc aussi un « siècle de l’archive », comme le confirment les Goncourt, dans leur propre langage, un jour qu’ils visitent le vicomte de Lovenjoul : un « siècle de respect et de conservation de l’autographe[2]. »

« Siècle de l’intime », il est celui où les pratiques d’analyse de soi, mais aussi de mise en mémoire des divers moyens textuels de connaissance de l’intime se développent et se diversifient, et tendent à gagner une influence, historique, littéraire et critique, qui dépasse leur rayon d’action propre.

La confluence de ces deux événements tend ainsi à faire que l’archive n’est plus désormais le seul fait d’« hommes spéciaux », conservateurs et archivistes, mais de chercheurs de vérité humaine, en quête de documents autographes capables de former, selon une expression des frères Goncourt, des « archives secrètes de l’humanité » (29 octobre 1863[3]). L’archive ainsi change de paradigme : sans quitter l’univers de l’administration de la mémoire publique, elle entre dans l’univers du sensible, de l’intime, du personnel, et se pare de leur tout nouveau prestige.

Dans le geste même de l’écriture intime, la dimension d’archivage est rendue sensible ne serait-ce que par ce mot de « Mémoires », employé encore longtemps au XIXe siècle pour en référer de manière syncrétique aux diverses formes d’écriture autobiographique, tant en leurs formes archaïques que dans celles qui, issues de Rousseau, mettent l’accent sur la personnalité du scripteur, ses crises et ses mutations. Mais la stratégie de l’archive est aussi présente dès le stade d’écriture de ces ego-documents d’un genre nouveau que sont les journaux intimes, dont le premier développement coïncide avec le tout début du siècle. Tenir journal, en ce sens, n’est-ce pas d’ailleurs tenir les archives de soi-même, comme l’écrit G. Blin à propos de ce pionnier en la manière qu’est Stendhal ? Ou bien encore « tenir registre » de soi, comment disaient déjà au siècle précédent, d’une commune voix, Diderot[4] et Rousseau[5] ?

Mais la question de l’archive se rencontre surtout, au sens propre, au moment de se poser la question de la conservation, de la mise ensemble, de l’utilisation puis de l’édition de ces documents particulièrement fragiles et sensibles que sont les « écrits du for privé », ou si l’on préfère la formule de Foucault, les diverses formes de « l’écriture de soi » : Mémoires, autobiographies, journaux personnels, livres de raison, diaires, agendas, mais aussi correspondances, et toutes autres sortes de documents « autographes », etc.

Le XIXe siècle accorde une place ‑ et une estime ‑ de plus en plus marquées à mesure qu’il avance à ces objets-là[6], avec une nette avance pour les « Mémoires et correspondances » sur les journaux intimes (qui ont un temps de retard en termes de production…). Dès le début du siècle, l’édition des correspondances et des Mémoires, en particulier du XVIIIe siècle, est l’objet d’une véritable mode, observée et encouragée par les journalistes, les critiques et les écrivains (Mme de Staël, Sainte-Beuve, Nerval, les Goncourt, Barbey…). Chez eux, le goût de l’intime prend l’allure d’une passion pour les documents autographes dont, en 1857, témoigne en termes lyriques la préface des Goncourt à leurs Portraits intimes du XVIIIe siècle[7]. Passion mais aussi pratique dont Edmond signalera la précocité, vingt ans après, scandalisé de voir les deux frères pillés par une préface du Duc de Broglie.

Mais de telles passions communicatives ont aussi des conséquences sur des pratiques matérielles et commerciales, qui intéressent l’histoire culturelle : mode des albums d’autographes, autour de 1830 et après ; conservation jalouse mais aussi édition par les collectionneurs de leurs précieux documents (Feuillet des Conches, puis Lovenjoul), mais aussi commerce, avec les abus afférents à ces sortes d’engouements, qui, excitant les « amateurs », font monter les prix. Voir la dénonciation faite par Sainte-Beuve des faux de Feuillet de Conches en son édition de la correspondance de Marie-Antoinette, ou mieux encore, juste après sa mort, le procès fait à un faussaire célèbre, Vrain-Lucas, accusé d’avoir fait commerce de lettres retrouvées de personnalités historiques. Voir Le Parfait secrétaire des grands hommes : ou Les Lettres de Sapho, Platon, Vercingétorix, Cléopâtre, Marie-Madeleine, Charlemagne, Jeanne d’Arc et autres personnages illustres[8].

Sans oublier l’usage (de plus en plus répandu à l’âge naturaliste) de fonder les œuvres de fiction sur de tels « documents humains » (usage que dénoncent les Goncourt à propos d’Arsène Houssaye entre autres, mais qu’ils pratiquent eux-mêmes…), et dont on a encore un récent exemple dans le procès qui oppose ces jours-ci PPA à son ex-compagne, qui l’accuse d’avoir utilisé leur correspondance intime pour en faire un roman. …

 

 

Une journée d’étude organisée dans le cadre d’Archive 19, réunissant littéraires, historiens et archivistes pourrait ainsi s’intéresser aux diverses formes qu’a pris, au XIXe siècle, l’intérêt sans cesse croissant pour les « archives intimes » ou « privées », tant au niveau de leur sélection, de leur classement, de leur conservation, de leur valorisation (symbolique mais aussi monétaire), de leur utilisation, de leur aura, puis de leur édition sous forme de livres et de leur réception critique.

 

José-Luis Diaz

 


[1]. Voir la prégnance de titres d’ouvrages où figure le syntagme : « avec des documents nouveaux »….

 

[2]. Mercredi 1er mai 1889. ‑ Grande causerie sur Balzac avec M. de Lovenjoul, chez la princesse. En ce siècle de respect et de conservation de l’autographe, le balayage, la jetée aux ordures des manuscrits, des lettres de Balzac, a été encore plus étonnante, plus renversante, plus incroyable, que le récit courant qu’on en fait. »

[3]. La formule vient dans le Journal lors de l’évocation d’une visite chez Flaubert, à Croisset, où ils ont pu voir des documents autographes dont celui-ci fait collection : « Nous voici dans ce cabinet du travail obstiné et sans trêve, dans ce cabinet, témoin de tant et de si grands labeurs, et d’où sont sorties MADAME BOVARY et SALAMMBÔ. En cherchant son roman, il a découvert un pêle-mêle de papiers, curieusement documentaires, et dont il a commencé une collection !

C’est la confession autographe du pédéraste Chollet, qui tua son amant par jalousie, et fut guillotiné au Havre : une confession pleine de détails intimes et furibonds de passion. 

C’est la lettre d’une fille d’une maison de prostitution, offrant toutes les ordures de ses tendresses à un souteneur. 

C’est l’autobiographie d’un malheureux qui, à trois ans, devient bossu par devant et par derrière, puis dartreux à vif, et que des charlatans brûlent avec de l’eau-forte, puis boiteux, puis cul-de-jatte, le récit sans récrimination, et terrible par cela même, d’un martyr de la fatalité, ‑ morceau de papier, qui est encore la plus grande objection, que j’ai rencontrée dans ma vie contre la Providence et la bonté de Dieu.

Et nous plongeant dans les abîmes de ces cruelles vérités, nous nous disons : la belle publication à faire pour des philosophes et des moralistes, d’un choix de documents pareils, avec pour titre : ARCHIVES SECRÈTES DE L’HUMANITÉ. »

 

[4]. « Et personne ne s’étudiera soi-même, n’aura le courage de nous tenir un registre exact de toutes les pensées de son esprit, de tous les mouvements de son cœur, de toutes ses peines, de tous ses plaisirs »,lettre à Sophie Volland, 14 juillet 1762, Correspondance, éd. L. Versini, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 1997, p. 375.

 

[5]. « J’appliquerai le baromètre à mon âme. […]  je me contenterai de tenir le registre des opérations, sans chercher à les réduire en système », Les Rêveries du promeneur solitaire, « Première Promenade », Les Confessions, autres textes autobiographiques, éd. B. Gagnebin, M. Raymond, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1959, p. 1000-1001.

[6]. Voir Brigitte et José-Luis Diaz, « Le siècle de l’intime », Pour une histoire de l’intime et de ses variations, sous la direction d’Anne Coudreuse et Françoise Simonet-Tenant, Centre d’étude des Nouveaux Espaces Littéraires, Paris, L’Harmattan, 2010, p. 117-146.

 

[7]. « Les siècles qui ont précédé notre siècle ne demandaient à l’historien que le personnage de l’homme et le portrait de son génie. L’homme d’État, l’homme de lettres, le poète, le peintre, le grand homme de science ou de métier étaient montrés seulement en leur rôle, et comme en leur jour public […]. Le XIXe siècle demande l’homme qui était cet homme d’État, cet homme de guerre, ce poète, ce peintre, ce grand homme de science ou de métier. L’âme qui était en cet acteur, le cœur qui a vécu  derrière cet esprit, il les exige, il les réclame ; et s’il ne peut recueillir tout cet être moral, toute la vie intérieure, il commande du moins qu’on lui en apporte une trace, un jour, un lambeau, une relique.

Là est la curiosité nouvelle de l’histoire, et le devoir nouveau de l’historien […] l’histoire intime ; […] ce roman vrai que la postérité appellera peut-être un jour l’histoire humaine.

Mais où chercher les sources nouvelles d’une telle histoire ? Où la surprendre, où l’écouter, où la confesser ? Où découvrir les images privées ? Où reprendre la vie psychique, où retrouver le for intérieur, où ressaisir l’humanité de ces morts ? Dans ce rien méprisé par l’histoire des temps passés, dans ce rien, chiffon, poussière, jouet du vent ! – la lettre autographe. […] Seule la lettre autographe fera toucher du doigt le jeux nerveux de l’être sous le choc des choses, la pesée de la vie, la tyrannie des sensations. Seule elle dira les penchants, les goûts, les inclinations, les instincts, le secret conseil où se règlent les actions des hommes. Seule elle dira le pourquoi et le comment de cette œuvre, de cette volonté devenue fait. […] Seule elle montrera sur le vif cette santé de l’esprit : l’humeur. Seule la lettre autographe sera le confessionnal où vous entendrez le rêve de l’imagination de la créature, ses tristesses et ses gaietés, ses fatigues et ses retours, ses défaillances et ses orgueils, sa lamentation et son inguérissable espoir.

Miroir magnifique où se passe l’intention visible, et la pensée nue ! Ce papier tâché d’encre, c’est le greffe où est déposé l’âme humaine. […] Quelle résurrection, – la lettre autographe, – ce silence qui dit tout ! (Préface de la première édition des Portraits intimes du dix-huitième siècle,E. Dentu, 1856-1858, citée d’après Edmond et Jules de Goncourt, Préfaces et manifestes littéraires, Genève, Slatkine reprints, coll. « Ressources », 1980, p. 162-164).

[8]. Vrain-Lucas (1818-1882). Voir Georges Girard, Le Parfait secrétaire des grands hommes, ou les Lettres de Sapho, Platon, Vercingétorix, Cléopâtre, Marie-Madeleine, Charlemagne, Jeanne d’Arc et autres personnages illustres, mises à jour par Vrain Lucas…, Paris, à la Cité des livres, 1924. – In-16, 101 p., Édition, par G. Girard, des faux fabriqués par Vrain Lucas.

 

Séminaire du 10 juin 2011

 

Présents : Jean Delabroy (Université Paris Diderot, LAC), Anne-Emmanuelle Demartini (Université Paris Diderot GHESS), José-Luis Diaz (Université Paris Diderot LAC), Dominique Dupart (Université de Lille 3), Carole Furmanek (Université de Lille 3), Gabrielle Houbre (Université Paris Diderot GHESS), Odile Krakovitch (Archives nationales), Yvan Le Scanff (Université Paris III), Sophie Lucet (Université Paris Diderot LAC), Claude Millet (Université Paris Diderot LAC), Nicole Mozet (Université Paris Diderot LAC), Yann Potin (Archives nationales), Anne-Claude Ambroise-Rendu(Université Paris X), Myriam Roman (Université Paris IV), Françoise Simonet (Université Paris XIII), Sylvain Venayre (Université Paris I), Roselyne de Villeneuve (Université
Paris IV), Judith Wulf (Université Rennes 2).

1.       Archives de l’intime (José-Luis Diaz et Françoise Simonet)   Voir l’article.

2.       Un problème de définition

                 a.       sens littéral/sens métaphorique

Le principal enjeu de la discussion générale a été, à l’initiative de Jean
Delabroy, d’ordre méthodologique : faut-il se restreindre à un usage littéral du mot « archive », ou l’ouvrir à des usages métaphoriques ? Si l’on peut reconnaître le caractère heuristique des métaphores en sciences humaines, il faut aussi reconnaître que les métaphores (ces figures du transfert et du transport) servent trop souvent à l’évasion hors du sujet et à la dilution des programmes de recherche. On s’en tiendra donc au sens littéral du mot, sans échappée vers les métaphores ni assimilation à d’autres notions (notons aujourd’hui la tendance, en partie par déformation de la réflexion de Ginzburg,  à confondre l’archive avec toutes sortes de traces du passé, jusqu’au témoignage). En
revanche, l’étude des emplois métaphoriques du mot « archive » au XIXe siècle, manifeste par exemple en géologie, est une piste de recherche à suivre, ainsi que les mots constitués à l’époque en équivalents ou voisins (en particulier, on va le voir, le mot « document »).

                b.      le lexique du XIXe siècle

S’en tenir au sens strict, soit, mais lequel ? C’est évidemment ici que les choses se compliquent. Rappelons d’abord avec Yann Potin que l’usage du singulier dans l’intitulé du programme – Archive 19 et non Archives 19 – date sa perspective, puisque c’est avec Foucault dans les années 1960 (en 1966 dans son entretien avec R. Bellour sur l’écriture de l’histoire puis en 1969 dans L’Archéologie du savoir), relayé par Arlette Farge (Le Goût de l’archive,1989), que le mot se met à fonctionner (non sans heurts d’abord dans le monde
académique) au singulier : les hommes du XIXe siècle l’emploient toujours au pluriel, induisant par là un autre rapport à l’institution et une autre temporalité. C’est ainsi  à partir de l’ « archive » de notre temps que seront interrogées les « archives » du XIXe siècle. Double difficulté : difficulté de définition de l’archive aujourd’hui, à laquelle nous commencerons à nous  atteler le 9 septembre en écoutant Louis Hincker, et, à l’invitation de Dominique Dupart, en lisant pour cette séance Mal d’archive de Derrida, et difficulté
de définition des archives au XIXe siècle, que Roselyne de Villeneuve tentera de surmonter par une étude lexicale lors d’une prochaine réunion du séminaire, mais que nous ne devrons pas cesser d’affronter durant toute la durée du programme.

On peut toutefois commencer à dessiner quelques contours qui permettent de cerner ces « archive». Odile Krakovitch insiste sur leur caractère secret, par opposition aux documents, les archives étant les documents que les institutions tiennent dans leur ombre. Elles sont ce qui ne doit pas circuler, et une vraie  politique de « bouclage » de
l’information est mise en œuvre à travers l’archivage au XIXe siècle, en même temps qu’à partir du second Empire surtout se manifeste une volonté de diffusion de « documents » ou de « mémoires et documents » : deux politiques contradictoires se sont mises ainsi à
coexister, de rétention et de divulgation, même si cette dernière concerne surtout les époques anciennes. Ce qui distinguerait au XIXe siècle « archives » et « documents », ce serait alors cette opposition du secret et de sa divulgation. Sont « documents » ce qui
circule ;  sont « archives » ce qui ne circule pas.

c.      archiver / éditer / collectionner / sérier

Dès lors apparaît la différence entre archiver et éditer. On peut évidemment soutenir que ce sont des modes comparables de conservation de textes ou d’images du passé, mais là où l’édition a pour vocation évidente la diffusion, l’archivage précisément retire des documents de la circulation.  L’ archivable s’est construit au XIXe siècle avec et contre l’éditable.

Reste l’intérêt qu’il y aurait à interroger la proximité qui perdure malgré ces
objections entre éditer et archiver, et également à explorer à la limite de l’archive des expressions comme « documents » et « mémoires et documents », « documentation » (le mot apparaît en 1895) qui semblent désigner bien souvent ce que nous appellerions « archive(s) » dans le langage de notre temps : les lignes de distinction sont encore à
clarifier, pour une histoire politique de la terminologie.

Au delà des contours des mots, il faudrait pouvoir faire une cartographie de
l’archivable. Yann Potin mentionne l’existence des Archives de l’histoire de France. Tableau des archives privées et publiques en France et à l’étranger que publie Charles-Victor Langlois en 1891, mais c’est aussi en confrontant ce qui est collectionné et ce qui est
archivé que pourrait apparaître les premières lignes d’une carte de l’archivable au XIXe siècle. On peut ainsi faire l’hypothèse que la collection de documents autour de tel « pédéraste » que trouvent les Goncourt dans les papiers de Flaubert à Croisset pourrait en quelque sorte tracer les contours de ce que les institutions, privées et publiques, n’archivent pas – soit, selon une expression des Goncourt rapportée par José-Luis Diaz, « les archives secrètes de l’humanité » (Journal, 29 octobre 1863).  

Le geste d’archiver serait ainsi à comprendre dans le rapport de proximité et de
différence qu’il entretient avec celui de collectionner et celui d’éditer. Il faudrait aussi, comme le suggère Sylvain Venayre, distinguer l’acte de collecter les archives de celui de les sérier, et voir quand cette seconde pratique, irrespectueuse à l’égard des fonds documentaires, commence. L’approche sérielle des archives est manifeste chez Michelet, et la pratique de la série daterait, selon Yann Potin, pour ce qui est des publications de documents (ou archives ( !) – mais la sérialisation peut être justement définie comme
une approche documentaire et non archivistique des fonds) des années 1840.  Il faudrait même remonter à Daunou, dont les classements, fondateurs, se modélisent sur les taxinomies de l’histoire naturelle contemporaine. Le fait invite à penser la proximité de l’archivage et de la sérialisation au XIXe siècle dans les pratiques.

3.       Orientations

C’est Paule Petitier qui coordonnera la préparation de l’anthologie.

Outre les projets et manifestations prévues décrits dans le document de présentation initiale du programme –

Plusieurs  directions de travail spécifiquement littéraires se dessinent : l’étude des représentations littéraires des archives, l’étude des rapports des écrivains aux archives, l’étude des archives sur les écrivains, l’étude de l’usage de l’archive dans l’écriture, son
inscription dans l’écrit, et enfin l’étude des modélisations de l’archive par la littérature, de la littérature par l’archive.

Par ailleurs Sophie Lucet propose, en collaboration avec Romain Piana (Paris III) et le Groupe inter-universitaire sur les revues de théâtre au tournant des XIXe et XXe siècle d’engager une recherche sur le rapport des revues de la Belle Époque à l’archivage et à la collecte de document.

Il est envisagé l’édition d’un volume sur les archivistes du XIXe siècle, qui pourrait rassembler des monographies sur ceux-ci, et des études sur leurs métiers, leurs
conditions d’exercice, etc…

En filigrane, se dessine la possibilité d’un pôle autour des archives musicales,
et plus globalement sonores autour des propositions de Laurence Tibi et d’Anne-Sophie Leterrier.

Gabrielle Houbre a par ailleurs souligné lors de la discussion la nécessité de ne pas mettre de côté les archives iconographiques.

Jean Delabroy souligne la convergence possible entre les travaux d’Archive 19 et les directions d’inspiration foucaldienne esquissées par Pierre Zaoui lors de la dernière
réunion du CERILAC, d’études de l’archivage des marginalités.

Un autre pôle possible rassemblerait des recherches autour de la presse –
englobant ou non le projet de Sophie Lucet. Ainsi Alain Vaillant propose d’étudier la prolifération de périodiques d’archives (employant le mot dans leur titre…), dans le premier tiers du XIXe siècle.

De belles propositions isolées (Chantal Massol sur Nerval, Martine Lavaud sur les
archives de la planète d’Albert Kahn) trouveront plus tard leur place quand le programme sera davantage avancé. Les participants sont d’accord pour laisser mûrir les choses pendant l’été, et réfléchir à des directions favorables à une interdisciplinarité qui ne serait pas – problème connu – un simple collage de disciplines.

4.       Organisation

Carole Furmanek se chargera dorénavant des rapports de séance et de l’élaboration d’un site interactif où nous pourrons en particulier échanger des informations sur les textes destinés à l’anthologie, mettre en ligne ceux-ci ainsi que mettre en ligne une bibliographie à constituer en commun. D’ici l’été, merci d’envoyer à Claude Millet (claude-e-millet@wanadoo.fr) les références qui commenceront à alimenter cette bibliographie. A partir de la rentrée, il faudra mettre en copie Carole Furmanek(furmanekcarole@gmail.com).

 5.       Séminaire

–  9 septembre 2011, à partir de 16h15, bibliothèque Jacques Seebacher : Louis Hincker (Université de Valenciennes), l’archive. Discussion autour du texte de Louis Hincker et de Mal d’archive  de Derrida.

– 2 décembre 2012, à partir de 14h, bibliothèque Jacques Seebacher : Dominique Dupart (Université de Lille 3), situation de l’archive au XIXe siècle.

– 3 février 2012, à partir de 14h, bibliothèque Jacques Seebacher : Yann Potin (Archives nationales), archivage de l’intime et anthropologie familiale.

Les dates et objets des séances suivantes, pour l’année 2012, seront à définir le 9
septembre. Pour le moment, retenons deux propositions : Nicole Mozet (Université
Paris Diderot) présentera lors d’une des séances suivantes Le Succube de Balzac, Roselyne de Villeneuve (Université Paris Sorbonne) se propose de faire une analyse lexicologique du mot « archive » au XIXe siècle dans une des séances du séminaire en 2013.

Toute autre proposition bienvenue.

Les séances de séminaire seront annoncées sur les sites du CERILAC, de la SERD et de Fabula. Les communications seront publiées sur le site de « Littérature & civilisation du XIXe siècle ». La mise en ligne des communications n’interdit pas, sous une forme retravaillée par le temps, leur publication ultérieure ou leur reprise en journée d’études ou en colloque. Il faut au contraire pouvoir les concevoir parfois comme des présentations d’un premier état d’une recherche qui aura, d’ici 2016, le temps de s’approfondir.

Claude Millet

Professeur à LAC (Université Paris Diderot)

Responsable de la composante « Littérature
et civilisation du XIXe siècle »

01 48 78 58 60

claudelisabethmillet@gmail.com /claude-e-millet@wanadoo.fr

 

Séminaire du 9 septembre 2011

Présents : Sylvie Aprile (Université de Lille 3), Dominique Dupart (Université de Lille 3), Carole Furmanek (Université de Lille 3), Anne Geisler (Université d’Evry-Val d’Essonne), Louis Hincker (Université de Valenciennes), Gabrielle Houbre (Université Paris Diderot GHESS), Martine Lavaud (Université Paris IV), Sophie Lucet (Université Paris Diderot LAC), Claude Millet (Université Paris Diderot LAC), Nicole Mozet (Université Paris Diderot LAC), Odile Parsis (Université de Lille 3), Paule Petitier (Université Paris Diderot LAC), Nathalie Piégay-Gros (Université Paris Diderot LAC), Yann Potin (Archives Nationales), Stéphanie Smadja (Université Paris Diderot LAC), Sylvain Venayre (Université Paris I), Roselyne de Villeneuve (Université Paris IV).

1. L’archive (Louis Hincker)      Voir l’article [compte-rendu de l’intervention].

2. Usages de l’archive : document/monument

Dans son exposé, Louis HINCKER s’est voulu soucieux de signaler l’existence de modes différents d’archivage, de types d’archive bien distincts. La discussion s’engage donc sur cette distinction essentielle du document et du monument et sur les époques différentes auxquelles ils se trouvent associés.

Paule PETITIER souligne qu’avant la Révolution le document d’archives sert à la légitimation ; il est donc lu de manière directe, comme un texte tout à fait explicite. Après la Révolution, il semble bien qu’on cherche aussi à y lire autre chose que ce qu’on peut y lire explicitement. L’usage pratique de l’archive, essentiel pour l’administration, s’accompagne d’ailleurs de deux modes d’archivage : à l’archivage de l’ère post-révolutionnaire s’ajoute l’archivage par le corps des conservateurs de l’archivistique, corps spécifique en constitution à partir de la Monarchie de Juillet.

L’archive étant prise tantôt comme document, tantôt comme monument, Claude MILLET se demande si cette opposition est véritablement un phénomène pris dans l’Histoire, si les types d’archive différents correspondent bien à des époques différentes. L’usage de l’archive par les historiens s’est accompagné et s’accompagne encore d’un usage par les utilisateurs. Yann POTIN rappelle l’existence des archives nobiliaires aux Archives Nationales. De fait,  même depuis la Monarchie de Juillet, les producteurs d’archives n’ont pas pour seule visée l’usage qu’en feront les historiens. La même archive peut ainsi jouer dans les deux régimes, en tant que monument et document. Ce point d’analyse proposé Paule PETITIER et de Claude  MILLET rallie l’assemblée. Les schémas proposés par Louis HINCKER peuvent se lire aussi en synchronie.

3. Les modèles historiographique, juridique et archéologique.

Cette superposition des représentations et des usages de l’archive en document et en monument nous invite à réfléchir au cas de Michelet et, plus généralement, aux différents paradigmes qui fondent l’archivistique au XIXe siècle.

Michelet  Yann POTIN souligne qu’un de nos problèmes pour appréhender la question vient de notre représentation du discours historique : il nous paraîtrait toujours plus légitime que le discours des mémorialistes. Témoin de cette schizophrénie, Michelet, mémorialiste, aspire aussi à une posture d’historien : il a le réflexe de dire qu’il a pris des notes, connu des témoins. Or, ces scrupules de méthode n’étaient pas des exigences attendues alors – elles le sont devenues depuis. Pourtant, Claude PETITIER le rappelle, Michelet donne à voir l’histoire du XIXe siècle dans le prolongement de l’histoire de la Révolution et n’oppose pas archives et témoignages. Braconnées sur le territoire du Droit, les archives de la Révolution sont ainsi pensées dans un esprit monumental et non comme comme une somme de documents. Michelet crée et enrichit son oeuvre au contact de territoires dont il fait évoluer les limites.

Légimité de l’archive au XIXe siècle ? Aujourd’hui la légitimité est au coeur de notre démarche de lecture et de constitution d’archives.  A charge pour les Archives Nationales d’organiser l’oubli… – vaste tâche, certes, mais travail capital. La légitimité que nous accordons de nos jours à l’archive et au travail de l’historien avait-t-elle pour autant la même valeur au XIXe siècle ? Fondée sur une démarche documentaire, qui comprend une part d’ethnographie et de sociologie en relation directe avec l’époque, l’histoire contemporaine – telle que nous la connaissons et nous nous la représentons – n’existe que depuis une trentaine d’années. Auparavant, l’observation et l’analyse de temps passés étaient bien plus dérivées. Au XIXe siècle, dans un prolongement du système de l’Ancien Régime, la légitimité n’est d’ailleurs pas associée au travail de l’historien mais à celui du juriste. Yann POTIN insiste sur ce point en convoquant le parcours exemplaire de Natalis de Wailly. Nommé directeur des Archives administratives à partir de novembre 1830, soit presqu’au même moment où Michelet arrive aux Archives, Natalis de Wailly est un juriste. Il exprime sa volonté d’être d’abord un régulateur du Droit. Pour lui, une histoire contemporaine ne peut être légitime. Il invente alors un principe pratique qui met finalement cent ans pour être historicisé. Son modèle historiographique est certes daté mais il institue le principe du respect des fonds dans la pratique archivistique.

4. Mal d’archive

Freud/les métaphores de l’archéologie   Dominique PUPART le souligne : au moment où les catégorisations se mettent en place, où la situation semble se clarifier, Freud prépare un avenir d’où dépendra un rapport intrinséquement critique à l’archive. C’est donc sans illusion rétrospective que l’on peut envisager l’archive au XIXe siècle sur ce mode.

Yann POTIN rappelle toutefois la généalogie du texte de Derrida : Mal d’archive est le texte d’une conférence,  en rapport direct avec le lieu où cette conférence est donnée, le Freud Museum. [NDR : La conférence a été prononcée le 5 juin 1994 au Freud Museum de Londres dans le cadre du colloque international « Memory. The questions of archives » organisé par René Major et Elisabeth Roudinesco sous les auspices de la Société Internationale d’Histoire de la Psychanalyse, du Freud Museum et du Courtauld Institute of Art. De la première ébauche de titre (« le concept d’archive ») au titre final (« Mal d’archive »), Derrida a toujours précisé ce sous-titre : « Une impression freudienne ».] Or les premières métaphores sur lesquelles Freud travaille sont les métaphores de l’archéologie ; en partant de Freud, on retrouvera donc nécessairement une certaine dose d’illusion rétrospective. Claude MILLET le précise : selon Derrida, c’est d’ailleurs l’imaginaire de l’archéologie qui fait manquer à Freud la question de l’archive.

Cette question des liens entre l’archive et les métaphores de l’archéologie est nécessairement complexe car on observe des aller-retours entre les notions, des échanges : Foucault emploie la première fois le mot « archive » dans L’Archéologie du savoir [en 1967] ; l’archéologie convoque elle aussi l’imaginaire de l’archive lorsque les archéologues des années 50 choisissent de parler d’ « archives du sol » plutôt que d’objets de collection. De plus, Yann POTIN le redit, le respect des fonds comme le classement pur ne sont pas des réalités de l’archivistique mais des mythes. On le voit, les imaginaires – de l’archive, de l’archéologie – se complètent et se compliquent.

Archive et vérité de l’être  Dominique DUPART précise que le rapport critique de Foucault à Freud vient de l’absence irrémédiable de tout récit originaire, toute archive qui dise la vérité de l’être. Nathalie PIEGAY-GROS évoque justement l’obsession de la trace chez Derrida, Derrida qui s’était fait l’archiviste de son existence. Cette obsession porte en fait le deuil de l’origine – que la prolifération de l’archive perd plus qu’elle ne la trouve.

Selon Dominique DUPART, la tension naîtrait alors de ce que les historiens ne peuvent mettre de côté ce scientisme lié à la vérité du document. Or Derrida déconstruit la vérité possible de tout document. Il existerait donc une troisième voie pour l’archive, et pas seulement celle du document ou celle du monument.

5. Archivage hors institutions/dans les institutions

Archives de tous ? par tous ? Quand on dit « tout est archive », l’archive sort du territoire de l’archonte. Tout le corps social devient producteur d’archives. Claude MILLET trouverait donc intéressant de voir comment est reçue au XIXe siècle cette possibilité de constituer des archives qui ne sont pas produites par l’institution. Selon Claude MILLET, toutes ces « archives de l’intime » [pour reprendre le titre de l’allocution de José-Luis DIAZ et Françoise SIMONET] déplacent pour le moins les fonctions de l’archive. Nathalie PIEGAY-GROS pose la question de l’existence d’un archivage contrebandier.

Archives des écrivains ? Paule PETITIER oriente la discussion vers les écrivains, qui constituent leurs propres archives de leur vivant. Selon Paule PETITIER, il est bon de rappeler que Hugo le fait au nom qu’il est « une chose publique » : c’est donc un intime qui n’appartient pas à Hugo mais à la chose publique. Ramasser dans une poubelle les épreuves de Balzac corrigées de sa main, était-ce d’ailleurs un geste d’archivage ? un geste de collectionneur ?, se demande Yann POTIN. On s’interroge conséquemment sur la méthode actuelle de l’IMEC [Institut Mémoires de l’Edition Contemporaine], qui prend tout et ne classe pas.

Destruction, transmission  Le débat s’ouvre sur les enjeux personnels liés à cet archivage. Dominique DUPART montre la richesse de ce sujet en prenant l’exemple des liens que repère Derrida entre la vie d’Hélène Cixous – qui donne tout à la bibliothèque – et les fictions qu’elle crée, notamment Manhattan. Lettres de la préhistoire, où l’héroïne est amoureuse d’un contrefacteur.  Nathalie PIEGAY-GROS insiste sur les rapports qu’entretiennent l’écrit et l’origine : l’écrit peut repousser l’origine au lieu de la convoquer. Certes, consent Yann POTIN, mais on retrouve dans l’archivage une dynamique de production d’authenticité.

D’ailleurs, reprend Yann POTIN, on détruit beaucoup plus que l’on ne garde et la salle des Inventaires aux Archives Nationales prouve l’ampleur du tri – et de la destruction. Il ne faudrait pas croire à l’illusion qu’il n’y a toujours eu que ce que l’on trouve maintenant. Les dossiers des communards acquittés n’existent plus par exemple. On [ ?] rappelle opportunément la devise de Picasso : « On n’est que ce que l’on garde ».

A rebours de cette destruction, on évoque les projets de transmission d’archives personnelles. Claude MILLET mentionne le cas particulier de Flaubert, célibataire sans enfants, qui ne donnera pas ces multiples archives par testament donc, mais qui choisit tout de même de les montrer à ses amis. L’auteur semble avoir au moins une pensée minimale de ses propres traces. Les manuscrits de Flaubert, très abondants, ont été dispersés (la majorité se retrouve cependant à la BNF) et Yann POTIN trouverait intéressant qu’on puisse avoir un panorama sur ce point précis de la transmission, de la mort de Flaubert à la position actuelle.

6. Evolution des mots

La discussion s’engage sur l’étymologie ambigue du mot « archive » et sur l’importance de prendre en compte la sémantique historique. Pour le XIXe siècle, la définition qui prime n’est évidemment pas la définition de Derrida. Le sémantisme puissant qu’il convoque [NDR : le nom grec « arkhè », « début » et « autorité »] est sans commune mesure avec l’étymologie commune des mots en « archéo- » qui renvoient à l’idée d’ancienneté, qui ont tout simplement trait à tout ce qui est ancien voir entre autres les usages de la langue dans le Dictionnaire de la Conversation]. On peut même associer plus directement l' »archivum » à l' »archa », les coffres, soit les lieux où l’on garde à l’abri. Les « archa », mot neutre, sont un lieu, et non un document ; un contenant, et non un contenu.

Claude MILLET conclut en confirmant la nécessité du travail de Roselyne DE VILLENEUVE sur le mot « archive », étude qui intéressera toutes les disciplines.

7. Perspectives

Le manque, l’effacement de l’archive  Louis HINCKER note la récurrence de nos interrogations autour de « l’archive manquante ».

Nathalie PIEGAY-GROS  annonce que des vingtiémistes, essentiellement derridiens, travaillent actuellement sur « l’éphémère de l’archive », et notamment sur le fait d’exhiber des traces puis de les détruire. Il s’agit de la journée d’étude « l’éphémère de l’archive dans la littérature et l’art contemporains (absence d’œuvre, performances, poésie orale…) » organisée par Evelyne Grossman et Pierre Zaoui le vendredi 16 mars 2012 à Paris 7, de
9h à 18h.

Louis HINCKER nous signale que cette problématique autour de l’inscription et de l’effacement intéresse aussi grandement les historiens actuellement et évoque pour nous le travail de Roger Chartier sur Cardenio, la pièce perdue de Shakespeare.

Etudes comparatives avec les sociétés savantes et scientifiques  Claude PETITIER aimerait savoir s’il existe une étude comparative de l’épistémologie moderne de l’archive et de l’épistémologie empiriste de la Royal Society, qui entasse les documents. L’existence de sociétés savantes, de cabinets scientifiques est une donnée essentielle dans notre interrogation de l’archive. Michelet s’intéresse de près à la vie physiologique de sa femme dans la perspective de livrer ces notes comme archives, de proposer ces matériaux à la postérité afin de contribuer à une meilleure connaissance de la vie féminine.

 

 

 

 

ARCHIVE 19

Le carnet de recherche « Archive 19 » s’intéresse à l’archive au XIXe siècle, à son imaginaire et à sa pratique (reconnaissance institutionnelle, conservation, classement). Il met en relation et alimente les recherches de dix-neuviémistes de différentes disciplines et institutions et accompagne des séminaires trimestriels organisés à l’Université Paris Diderot.